Balade nocturne à Paris pour la nuit blanche

Pour ce rendez-vous en France sur le thème des promenades nocturnes, j’ai décidé de vous parler de la nuit blanche à Paris à laquelle j’ai participé en octobre 2016. Depuis 2002, cette manifestation culturelle gratuite a lieu tous les ans le premier samedi du mois d’octobre : certains musées sont ouverts pendant la nuit, les transports en commun fonctionnent toute la nuit et des œuvres d’art éphémères (installations ou performances) sont présentées au public spécialement pour l’occasion. La nuit blanche parisienne est victime de son succès avec plus de 1.5 millions de visiteurs lors des dernières éditions. Certaines rues sont noires de monde et il est parfois difficile d’accéder à certaines œuvres sans patienter pendant des heures. Néanmoins j’ai trouvé l’expérience vraiment sympa et même pour les gens comme moi qui vivent à Paris cela permet de découvrir certains lieux privés habituellement fermés au public !

Pour l’édition 2016, plus de 40 artistes étaient invités à participer et le parcours pour découvrir les différentes œuvres était articulé le long de la Seine et de ses ponts. L’organisateur Jean de Loisy, également Président du Palais de Tokyo, avait organisé les différentes œuvres d’art autour du thème de la quête amoureuse en référence au Songe de Poliphile, un roman italien de XVème siècle.

Voici maintenant la sélection des œuvres que j’ai préférées pendant cette édition de la nuit blanche 2016. J’ai été déçue par beaucoup d’autres en particulier une œuvre d’Anish Kapoor qui devait créer un tourbillon au milieu de la Seine et qui était très difficile à voir…

J’ai commencé mon parcours à l’Hôtel de Ville avec une perspective différente de celle que l’on connait, car les illuminations étaient projetées sur la façade arrière, depuis la rue Lobeau. L’artiste néerlandais Erwin Olaf a donné vie aux immenses fenêtres en projetant des images animées de corps et de visages humains.

Deuxième étape du parcours: l’hôtel Dieu, le plus vieil hôpital de Paris fondé en 650 et son magnifique patio intérieur. Le chorégraphe français Christophe Rizzo a installé un immense disque tournant qui présente sur un côté des miroirs et sur l’autre un danseur animé. Personnellement c’est l’œuvre que j’ai préféré parmi toutes les installations, c’était vraiment hypnotisant de regarder tourner ce disque et les miroirs qui projetaient des reflets à 360° sur l’ensemble des bâtiments de la cour intérieur.

J’ai ensuite rejoint la Seine au niveau de la Conciergerie, ancien palais des Capétiens reconverti en prison, célèbre pour avoir abrité le dernier cachot de Marie Antoinette. Pour la nuit blanche, la façade était très bien éclairée et l’artiste Pierre Delarue habitué des trompe-l’œil avait réalisé une immense toile de 1200 m2 qui donnait l’impression de voir l’intérieur du bâtiment à l’envers. Avec le reflet dans la Seine, on avait l’impression d’une inondation par le plafond dans la salle des armes et ses magnifiques voûtes.

Un peu plus loin le long de la Seine, le pont des Arts a capté mon attention grâce à une installation visuelle et sonore de l’artiste anglais Oliver Beer. En s’approchant, on comprend que les sons étranges proviennent de la Seine et sont enregistrés en live sous l’eau : on peut entendre le passage des bateaux mouches mais également quelques poissons attirés par les lumières vertes.

Derrière étape de ma balade le pont de Bir Hakeim rendu célèbre par les nombreux tournages de films comme Taxi, un Indien dans la ville ou encore plus récemment Inception. Ce pont constitué de deux étages (métro ligne 6 et piétons en dessous) offre une magnifique perspective avec ses nombreuses colonnes métalliques. Pendant la nuit blanche, on y retrouvait une installation originale d’Alain Fleisher : un immense ventilateur situé devant un projecteur faisait apparaître par intermittence le visage d’une jolie jeune femme !

Une dernière petite photo de la Tour Eiffel s’impose avant de clôturer cette balade nocturne parisienne. Malgré le monde et la déception face à certaines œuvres, je vous conseille de participer quand même une fois à la nuit blanche parisienne si vous en avez l’occasion. C’est l’opportunité d’une jolie promenade nocturne dans la « ville Lumière » pour redécouvrir les monuments les plus célèbres mais également quelques petites pépites plus confidentielles.

Cet article est ma contribution au rendez-vous mensuel #EnFranceAussi organisé par Sylvie du blog « Le coin des voyageurs » sur le thème « Virée Nocturne » choisi par Sabrina du blog « Tu Paris combien? ». Vous pouvez tenter votre chance pour remporter ce guide sur la Bretagne Sud grâce à notre partenaire Les Guides Gallimard. Pour participer laisser un commentaire ici et sur la page Facebook #EnFranceAussi qui contient toutes les infos. Bonne chance !

logoenfranceaussi

23 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *