Naoshima l’île japonaise de l’art contemporain

Je suis tombée amoureuse de cette île japonaise en regardant une brochure sur le Japon chez Voyageurs du Monde : en couverture un ponton qui s’étend vers la mer sur lequel trône une citrouille jaune et noire. Intriguée, je feuillette le magazine pour en savoir davantage sur ce lieu original et quelques minutes plus tard je savais que je ferai une étape sur cette île lors de mon premier voyage au Japon.

Comment se rendre sur l’île de Naoshima ? 

L’île de Naoshima, située dans la mer intérieure entre Honshu et Shikoku, est facilement accessible par une traversée en ferry de 30 minutes depuis le port de Uno sur le continent. Nous avons fait l’aller-retour dans la journée depuis la jolie petite ville de Kurashiki en enchaînant train puis bateau. Même si le choix des hébergements est plutôt réduit il est également possible de dormir sur place. Pour se déplacer sur l’île entre les différents sites, vous pouvez louer un vélo ou emprunter un système très efficace de navettes.

Il y a seulement une vingtaine d’années, Naoshima était une petite île sur le déclin : l’exode rural avait commencer à vider les villages et les habitants restant avaient du mal à survivre des faibles revenus de la pêche. Désormais, il s’agit de l’une des destinations les plus populaires de la région autant pour les japonais que pour les touristes étrangers. Tout a donc commencé dans les années 90 lorsqu’un riche industriel japonais a décidé de racheter une partie de l’île pour y abriter sa collection personnelle d’œuvres d’art.

Benesse Art Site

Le Benesse Art Site conçu par le célèbre architecte Tadao Ando abrite aujourd’hui de nombreux musées ainsi qu’un hôtel ultra-moderne : la Benesse House. Niveau budget, je n’ai pas pu me permettre d’y dormir (chambre entre 300 et 800 euros) mais l’expérience doit être inoubliable. Outre les musées, de nombreuses œuvres d’art contemporaines sont également intégrées au très beau cadre naturel de l’île. Malgré le système de billets horodaté qui permet de ne pas trop faire la queue, il est difficile de visiter l’ensemble des musées sur une seule journée.

Nous avons choisi de laisser de côté le Chichu Museum : c’est généralement celui où il y a le plus de monde car les japonais veulent voir les nymphéas de Monet. Nous avons choisi de visiter dans la matinée le Musée Lee Ufan ainsi que le musée de la Benesse House avant de nous rendre l’après-midi au « Art House Project » situé sur l’autre côté de l’île.

Parmi les découvertes de la journée, j’ai préféré sans hésiter le musée Lee Ufan qui offre un moment de détente et de contemplation.  Les œuvres de cet artiste coréen sont pleines de poésies et parfaitement mise en valeur grâce à l’architecture des lieux. Plus qu’une simple visite de musée, il s’agit d’une véritable expérience comme par exemple dans la dernière salle où il faut se déchausser et s’allonger sur le sol pendant de longues minutes. Seul petit bémol, l’interdiction de prendre des photos à l’intérieur mais vous pouvez en trouver quelques-unes sur internet si vous êtes curieux.

Le musée de la Benesse House est également intéressant car le type d’œuvres et les artistes exposés sont très variés. A défaut de rester à l’hôtel, il est possible de déjeuner au restaurant de musée et de faire un tour sur la célèbre terrasse en béton qui offre une vue magnifique sur la mer et les plages de l’île.

Art House Project

Dernière visite avant de reprendre le ferry direction le « Art House Project » : il s’agit d’œuvres d’art grandeur nature complètement intégrées dans un village encore habité. Chacun des 6 artistes a récupéré une maison abandonnée pour donner vie à son projet. On découvre ainsi une statue de la liberté géante qui s’étend sur deux étages, un jardin zen transformé ou encore une piscine intérieure pleines de petits cadrans lumineux !

Retrouvez mes autres articles sur le Japon:

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager sur Pinterest avec cette épingle :

Tags from the story
, , , , ,

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *