Découvrir Toulouse pendant un week-end

Il y a pile un mois j’ai passé un week-end parfait dans la jolie ville rose en compagnie de l’équipe de blogueurs #EnFranceAussi. Le principe est simple, chaque mois un des participants choisit un thème générique que l’on doit illustrer ensuite dans un article de blog avec pour seule contrainte que le lieu choisit soit en France. Le hashtag a pris de plus en plus d’importance sur les réseaux sociaux et il permet de redécouvrir les belles régions et les curiosités de notre propre pays. Pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pour se sentir dépaysé !

Je n’avais jamais eu le temps de découvrir vraiment Toulouse, j’avais seulement fait quelques passages mais toujours en coup de vent dans le cadre du travail. Cette ville ressemble finalement beaucoup à ce que j’imaginais dans mon imaginaire de parisienne : de jolies couleurs, des gens en terrasse et une ambiance festive à l’approche de l’été. Par contre je ne soupçonnais pas le patrimoine artistique et culturel de la ville, j’ai découvert de magnifiques églises et couvent, des musées originaux et une scène de street-art parmi les plus actives de France. Préparez-vous à un article fleuve !

La ville rose et les quais de la Garonne

Premier constat en se baladant seulement quelques minutes dans les rues de Toulouse, la ville a bien mérité son surnom de ville rose. Les façades des bâtiments utilisent toute la palette des couleurs depuis le rose pastel jusqu’aux briques rouge sombre. La ville possède un beau patrimoine architectural et cette unité de couleurs la rend particulièrement photogénique ! Nous découvrons tout d’abord la place du Capitole symbole de Toulouse et l’imposant hôtel de ville avant d’emprunter des petites rues et se laisser porter au hasard de nos pas. Ne manquez pas la rue du Taur avec sa jolie perspective sur l’église Saint-Servin et observer les petits détails architecturaux qui ornent les balcons et les portes.

J’aime toujours beaucoup l’atmosphère des villes qui sont traversées par un fleuve et Toulouse n’est pas en reste avec la Garonne. Les quais sont très bien aménagés avec des parties ensoleillées et d’autres à l’ombre sous les platanes. Après une petite marche, la petite place de la Daurade, bordée de jolis cafés, est l’arrêt idéal pour prendre une citronnade bien fraîche.

Si vous vous intéressez à l’énergie hydraulique, je vous conseille également un petit détour par l’espace Bazacle situé sur la rive droite de la Garonne entre le pont Saint Pierre et le pont des Catalans. Il s’agit d’une ancienne centrale hydroélectrique du 19ème siècle ouvert au public et transformée par la fondation EDF en lieu d’exposition. On peut y découvrir d’anciennes turbines désormais à l’arrêt et comprendre le fonctionnement d’une passe à poissons. L’entrée est libre et l’on peut profiter de la terrasse avec une magnifique vue sur la Garonne.

Les musées de la ville

L’office du tourisme du Toulouse nous avait fourni pour le week-end un pass (22 euros pour 2 jours) donnant accès gratuitement à un grand nombre de musées ainsi qu’aux transports en commun illimité (bus, métro et navette aéroport). Comme d’habitude, la rentabilité de ce genre de carte dépend du nombre de visites que vous souhaitez faire mais personnellement je l’ai très vite amortie en faisant un tour dans 4 musées.

Le samedi matin, nous avons commencé par une visite originale du musée des Augustins sur le thème de l’Opéra tragique. Pendant un peu plus d’1h30, Pierre, jeune étudiant en art, nous a fait découvrir ce lieu exceptionnel en ouvrant un dialogue artistique entre les peintures et des airs d’opéra correspondant à ce que représente le tableau. La visite est très bien orchestrée impossible de s’ennuyer une minute en écoutant les histoires tragiques comme la mort de Cléopâtre ou l’abdication du doge Foscari dans l’escalier des géants à Venise ! Toujours dans le musée des Augustins ne manquez pas de faire un tour au rez-de-chaussée dans la salle de présentation des chapiteaux romans. La scénographie de l’exposition a été entièrement imaginée et réalisée par l’artiste contemporain Jorge Pardo et le résultat est très réussi !

Pour une autre visite incontournable à Toulouse, direction le couvent des jacobins et son clocher octogonal reconnaissable de loin dans le centre la ville. L’église qui est plutôt austère à l’extérieur est très surprenante : on découvre une double nef monumentale ainsi que le fameux palmier (une voûte en étoile) le tout éclairé par une jolie lumière. Un coup de cœur et un paradis pour les photographes ! L’entrée dans l’église est gratuite mais il faut par contre payer par la suite pour découvrir le cloître et les autres bâtiments du couvent.

Pour la suite de mes découvertes culturelles, j’ai choisi de m’éloigner un peu du centre-ville et de traverser la Garonne pour découvrir le musée des Abattoirs dédié à l’art contemporain et le MATOU, le musée de l’affiche de Toulouse. Depuis son ouverture dans les années 2000, le musée des Abattoirs est devenu un lieu très vivant de la culture à Toulouse : en plus des expositions, on peut souvent y voir des performances artistiques en direct, des projections ou encore des concerts. L’architecture du lieu vaut à elle seule le déplacement : le bâtiment classé monument historique offre plus de 300 m2 de surface sous d’immenses arches ! Quant au MATOU, il s’agit du seul musée en France spécialisé dans l’exposition d’affiches et de cartes postales. Le musée vient tout récemment de rouvrir ses portes après plus de deux ans de rénovation et même si le lieu est mignon, j’ai trouvé l’espaces d’exposition vraiment petit. Jusqu’au 27 août vous pourrez y voir une très belle exposition sur le thème du voyage avec pleins d’affiches réalisées par le français Roger Broders dans les années 1930.

Le graffiti et le street art à Toulouse

Encore une belle surprise pour moi en partant à la découverte de la ville : les graffitis et le street art sont très présents et certaines œuvres sont magnifiques ! Depuis les années 80, Toulouse a toujours été un repaire pour les graffeurs et plus généralement pour les artistes de rues quelque que soit la technique utilisées (fresque, collage, bombes). Aujourd’hui encore la ville est très présente dans ce domaine grâce notamment à l’organisation des festivals « Mister Freeze » et « Rose Béton » auxquels participent des artistes internationaux majeurs.

Pendant le week-end, nous avons eu le droit à une visite guidée de la ville sur le thème du street art avec Cloé, une blogueuse toulousaine qui connait très bien les différents lieux et même certains des artistes. Nous avons eu la chance de découvrir l’atelier de Tilt situé dans l’espace Cobalt un lieu incroyable situé dans le quartier de Montaudran. Cette ancienne friche industrielle a été reconvertie en espace d’exposition et ateliers d’artistes depuis début 2015. J’ai adoré la décoration du lieu faite avec beaucoup de verre, d’aciers et même d’anciens conteneurs.

La rencontre avec l’artiste Tilt était un vrai moment privilégié, il nous a expliqué sa vision du graff et les différences avec le street art très commercial que l’on voir fleurir un peu partout comme une mode.  Pour lui l’art de rue – le graff – doit conserver une part brutale et interdite : l’artiste s’exprime pour posséder la rue et laisser une trace de son passage. Par rapport au street art, le graff doit garder une part de mystère et n’est pas directement compréhensible par les néophytes. A travers son travail en ce moment, Tilt mène une réflexion intéressante sur la différence entre art et vandalisme : pourquoi ne veut-on pas voir dans la rue ce que certains sont prêts à payer des fortunes dans des galeries ?

Après avoir vu quelques fresques situées à l’espace Cobalt, nous avait fait un petit tour des autres œuvres emblématiques de la ville. Premier arrêt avenue Saint-Exupéry où deux grandes fresques réalisées par quatre artistes toulousains talentueux Azot, Sismik, Reso et Mondé. Le thème des deux fresques est « la piste des géants » pour faire référence au passé aviateur de Toulouse ainsi qu’au futur musée de l’aéropostale qui doit ouvrir en 2018. Nous nous dirigeons ensuite vers le canal du midi pour observer un poumon géant réalisés en duo par les artistes Satone et Wow123 pendant le festival rose béton de juin 2016. Enfin retour en centre-ville de Toulouse pour terminer la visite street-art devant l’œuvre magique de Miss Van située rue du pont de Tounis : le dessin est magnifique, un vrai travail d’orfèvre !

Toutes mes bonnes adresses à Toulouse pour manger et dormir

Pendant mon week-end à Toulouse, j’ai dormi à l’hôtel Best Western Athénée idéalement situé en plein centre de Toulouse à seulement quelques minutes à pied de place du Capitole. Cet hôtel fait partie du label Happy Culture Collection, un concept que j’ai déjà eu la chance de découvrir à Paris. Il s’agit d’un label regroupant des boutiques hôtel design dans une dizaine de villes françaises. Ces hôtels proposent toujours un salon confortable dans lequel on peut recharger ses appareils et travailler tranquillement en attendant le happy time un évènement festif qui permet de rencontrer les autres clients de l’hôtel.

Au Best Western Athénée, chaque soir à 18h les clients de l’hôtel peuvent venir découvrir des vins de la région ainsi qu’une sélection de spécialités comme de la charcuterie ou du confit de fleur de violette. J’ai beaucoup aimé la décoration des chambres du dernier étage : des touches de couleurs vives, du mobilier design et de jolies reproductions de photographies de Slim Aarons au mur !

Voici également une petite sélection de restaurants testés et approuvés dans Toulouse :

  • Banh Mi viet street food : un petit restaurant très sympa pour déguster des bo-buns vietnamien ou des bentos composés, option végétarien possible. Les plats sont copieux et le rapport qualité/prix est excellent : moins de 15 euros avec boisson comprise.
  • Chez Végétayelle & snack Vegan : comme son nom l’indique, un restaurant 100% biologique et végétalien avec possibilité de manger en extérieur. J’ai goûté un délicieux croq sans gluten accompagné de frites de patates douces assaisonnes au romarin.
  • Chapristea : un bar à chat & salon de thé situé en plein cœur de Toulouse. La grande salle voutée au sous-sol est parfaite pour déguster une tarte au citron en compagnie des boules de poils

Vous pouvez retrouver d’autres visions de Toulouse sur les blogs des participants à ce week-end #EnFranceAussi :

Je tenais également à remercier tout particulièrement les organisatrices – Pauline, Mitchka et Sylvie – de ce week-end parfait ainsi que l’office de Tourisme de Toulouse et l’hôtel Best Western Athénée pour l’accueil chaleureux !

Si vous avez aimé cet article vous pouvez le partager sur Pinterest <3

15 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *