Loge, tenue et pierre brute #ParisFaceCachée

facade-GODF-mylittleroad

Rendez-vous au 16 rue Cadet chez les francs-maçons du Grand orient de France (G.O.D.F). Si l’opinion publique leur reproche souvent de cultiver les mystères et les secrets, l’entrée du bâtiment avec sa façade ultra-moderne en verre et acier est en revanche bien visible. A l’occasion de Paris Face Cachée, la plus ancienne obédience de France ouvre ses portes et répond aux questions des visiteurs curieux. Après une courte introduction dans le hall central, nous empruntons les escaliers pour nous rendre sur la terrasse. Sur le mur une citation de St Exupéry résume l’esprit humaniste des maçons :« Si tu diffères de moi frère, loin de me léser tu m’enrichis ».

Notre guide nous conduit d’abord dans le Grand Temple qui est également l’ancienne salle de balle de l’hôtel particulier dans lequel est installé le G.O.D.F. Ce temple porte le nom d’Arthur Goussier, syndicaliste à l’origine du Code du Travail et franc-maçon convaincu qui sera d’ailleurs élu Grand maitre en 1925. Ce temple de prestige sert en particulier aux conférences publiques et aux réunions exceptionnelles.

grand-temple-GODF-mylittleroad
colonne-GODF-mylittleroad

Nous continuons ensuite vers un temple traditionnel de plus petite taille. C’est l’occasion pour notre guide de revenir sur l’histoire réelle et l’ancrage mythologique de la franc-maçonnerie. Apparue en Angleterre au milieu de XVII siècle, cette organisation ésotérique fait référence à l’épisode biblique de la construction du temple de Salomon et emprunte ses symboles à la confrérie des bâtisseurs. Selon la constitution du G.O.D.F, la franc-maçonnerie est une « institution essentiellement philanthropique, philosophique et progressive, qui a pour objet la recherche de la vérité, l’étude de la morale et la pratique de la solidarité […] » Au fil des années, cette organisation s’est structurée autour d’un grand nombre de rites et de traditions qui ont évolués de façon très différentes en fonction des obédiences et des pays. Le rite le plus connu est celui d’initiation qui permet d’introniser un profane dans une loge en lui transmettant les mots et les signes qui lui permettront de se faire reconnaitre par d’autres maçons partout dans le monde.

temple-GODF-mylittleroad

L’enseignement progressif passe toujours par trois degrés de perfectionnement : apprenti, compagnon et enfin maître. En prêtant serment sur la bible ou tout autre texte sacré à ses yeux (par exemple la Constitution française), le maçon jure de garder le secret, de rester fidèle à l’Ordre et à ses frères, et de persévérer dans son initiation. Le culte du secret est davantage un héritage des temps d’oppression (par exemple pendant la seconde guerre mondiale) que le résultat d’une volonté affirmée de dissimulation. Malgré des traditions séculaires, la confrérie du G.O.D.F a également su évoluer sur certains points. Ainsi depuis 2010, les femmes ont le droit de siéger dans certaines loges même si elles restent encore largement minoritaires avec un peu moins de 1000 sœurs pour environ 50000 sœurs (soit environ 2%). Chaque loge du GODF compte en moyenne une quarantaine de membres et se réunit deux fois par mois lors des tenues dans l’un des 20 temples que compte l’édifice.

temple-moderne-GODF-mylittleroad
epee-GODF-mylittleroad

Nous finissons la visite dans un temple beaucoup plus moderne mais présentant tout de même l’ensemble de la symbolique maçonnique. Malgré des décorations différentes, tous les temples sont structurés de la même manière. L’entrée encadrée par deux colonnes se trouve à l’ouest tandis qu’en face le siège du président de la loge ou « vénérable maître » est légèrement surélevé et orienté à l’est pour symboliser la lumière qui l’éclaire. Le plafond est la généralement un ciel bleu pour indique que le temple n’est pas fini mais en perpétuelle construction. Les maçons de la loge se font face, les apprentis au nord et les compagnons au sud, pour inciter au dialogue et se construire dans le regard de l’autre. Enfin de nombreux symboles sont présents : la lune, le soleil, le damier sur le sol et le triangle représentant la trinité avec en son centre l’œil de la conscience. Le fil de plomb descendant du ciel doit rappeler à chacun qu’il reste soumis à la force universelle de la gravité tandis qu’une pierre taillée représente le dégrossissement des apprentis.

ecriture-GODF-mylittleroad
musee-GODF-mylittleroad

A l’heure de la conclusion, on comprend qu’aujourd’hui le G.O.D.F cherche à lever le voile sur certaines pratiques, à mettre en avant la transparence pour s’ouvrir aux profanes afin de et combattre la fantasme d’un complot franc-maçonnique mondial. A la fin du périple, le guide nous laisse découvrir le musée de la franc-maçonnerie qui présente certaines pièces emblématiques telles que le tablier de Voltaire ou l’épée de vénérable de Lafayette. Devant tant de preuves historiques d’une influence manifeste, il est difficile aujourd’hui de nier l’existence d’un réseau d’influence présent dans certaines sphères décisionnelles de la société.

Pour en savoir plus
Le musée de la Franc-maçonnerie se visite du mardi au samedi entre 10h et 18h au 16 rue Cadet. Certains temples ouvrent également leur porte lors de visites guidées tous les samedis à 14h30 et 16h00. Plus d’infos sur le site du musée : http://www.museefm.org/

Il existe quelques fois par an des « tenues publiques » au Grand Orient de France qui permettent d’assister à une partie des rituels franc-maçonniques dans le grand temple.

Tags from the story
,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *