Les abbayes du marais poitevin

abbaye-maillezais-mylittleroad

Lors d’un week-end repos fin mars chez mes grands-parents dans les deux Sèvres, nous avons décidé de faire une sortie culturelle pour aller découvrir deux abbayes célèbres du marais poitevin : Maillezais puis Nieul-sur-l’Autise quelques kilomètres plus loin.

Lors de notre voyage en voiture, le paysage est assez constant avec des champs de colza et des plaines à perte de vue ponctué avec quelques éoliennes de temps en temps. Soudain à l’horizon, se détachent sur le ciel bleu les ruines majestueuses de l’abbaye de Maillezais. Nous voici arrivés à notre première étape ! Commençons par un peu d’histoire !

Abbaye de Maillezais

Dès l’an 1000, l’île de Maillezais reçoit sa première communauté de moines qui entreprennent d’assécher une partie des marais environnants. Très vite, l’abbaye de Maillezais bénéficie des faveurs des ducs d’Aquitaine et devient même le panthéon de certains d’entre eux. Cette richesse suscite malheureusement la convoitise et l’abbaye est pillée à plusieurs reprises : la légende raconte qu’elle fut attaquée en particulier par le fils de Mélusine, le seigneur Geoffroy de Lusignan dit Grand’Dent. Elevée en 1300 par le pape au rang de cathédrale, Maillezais devient un foyer culturel, économique et artistique au rayonnement international. Pendant la Renaissance, elle accueille d’ailleurs un grand nom de la littérature française, François Rabelais. Un autre pensionnaire célèbre de l’abbaye est le militaire Agrippa d’Aubigné pendant les guerres de religion. Transformée en carrière de pierre à la Révolution, l’Abbaye de Maillezais perd rapidement une partie de sa splendeur. Classées monument historique en 1923, les ruines échappent de peu à la destruction totale.

Aujourd’hui, le site de Maillezais est très bien entretenu et vraiment plaisant à visiter. Un travail de reconstitution a été réalisé en sol pour placer les différents espaces de la cathédrale comme la nef, le cœur et le cloître. Il est possible de monter en haut de la tour restante : le point de vue sur le marais environnant et le village de Maillezais est spectaculaire. Dans des bâtiments annexes, on découvre une exposition de superbes chapiteaux ainsi qu’une immense cave à sel. Enfin, ne quittez pas les lieux avant d’avoir assisté dans le réfectoire des pèlerins à une son et lumière retraçant l’histoire de l’Abbaye. L’ensemble de la visite peut se réaliser en une heure.

campagne-marias-mylittleroad
cave-sel-mylittleroad

En sortant de l’enceinte de l’Abbaye, un restaurant ainsi qu’une location de barques pour faire une tour dans le marais offre une alternative sympathique pour la fin d’après-midi. Si vous restez plus de temps dans les environs, je vous conseille néanmoins d’effectuer une balade dans le cœur du marais poitevin à partir par exemple du village de Coulon.

marais-poitevin-mylittleroad

Avant de poursuivre notre route vers l’Abbaye de Nieul sur l’Autise, nous avons fait un arrêt rapide dans le village de Maillezais pour admirer le porche sculpté de l’église romane. Et c’est reparti pour un peu d’histoire !

portail-eglise-romane-mylittleroad

Abbaye de Nieul-sur-l’Autise

Fondée en 1068, l’abbaye est confiée à un groupe de chanoines sous la protection des comtes de Poitou et des ducs d’Aquitaine. Au milieu de XIIème siècle, la reine Aliénor d’Aquitaine dont la mère repose prés de la salle capitulaire, accorde à Nieul le titre d’abbaye royale ce qui lui vaut des dotations et des privilèges supplémentaires. Les guerres de religion mettent à mal l’ensemble des bâtiments. Tout de même admirée par Prosper de Mérimée lors d’un voyage dans la région, l’abbaye de Nieul est classée monument historique en 1862 puis complètement restaurée depuis.

abbaye-nieul-mylittleroad
salle-nieul-mylittleroad

cloitre-nieul-mylittleroad

Entre écrans tactiles, jeux d’éclairages et parcours sur des passerelles en verre, la visite de l’abbaye est particulièrement ludique et intéressante. Dans les galeries hautes sous les combles du dortoir, différents instruments de musique datant de l’époque médiévale s’éclairent à l’approche du visiteur et font découvrir des mélodies inconnues. Le point fort de la visite reste la découverte du cloître roman conservé dans sa totalité (seul exemple dans l’ouest de la France). A la fin de la visite, ne manquez pas de faire un tour à l’intérieur de l’église ; l’inclinaison surprenante de certains piliers ne devrait pas vous échapper !

Bonne visite et à bientôt pour d’autres articles sur la région du Marais poitevin.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *